Studio Mobile – ingrédients matériels

Comme je n’ai pas eu/pris assez le temps de répondre aux questions ce week-end à Bruxelles. Je vais reprendre patiemment les détails de notre studio. Premier de cette série de posts, voici une description de notre matériel :

Les trois pièces principales sont :

  • Le rack, sujet de nombreuses discussions et évolutions, ce petit 10U en ABS nous suit maintenant depuis 5 ans.
  • Notre table de mixage, du même âge, elle fait tout ce qu’elle peut pour nous avec ses 6 lignes mono/micros et 4 stéréo,
  • L’ordinateur, qui concentre à lui-seul tout le reste du studio, mais heureusement un gros AMD 2x est capable de beaucoup de choses :)

Tout cela serait bien inutile sans une bonne dose de logiciels libres, mais commençons juste pour le matériel :


Rack

De bas en haut :

La platine CD n’intervient plus qu’en dépannage. Tous les supports sont numérisés et diffusés par l’ordinateur. Mais … il y a parfois un invité qui sort un CD du fond de son sac en plein direct. A noter que les platines rackables simples sont rares et onéreuses. Celle-ci vient du salon de ma maman et a connu un petit usinage au cutter pour venir se fixer sur un plateau rackable.

Les compresseurs / limiteurs s’occupent généralement de nos micros. La radio éphémère se pratique parfois dans des environnements peu propices. Il faut prendre grand soin de saisir un maximum de son utile. La compression est souvent très légère. Elle augmente quand l’invité, le micro et le bruit de fond collaborent plus difficilement. Le limiteur vient quand à lui éviter que les éclats de rire terminent en saturation dans la carte son. C’est le premier équipement audio que l’on ait ajouté dans le rack. Il sert aussi à limiter les frasques des samplers souvent utilisés en habillage d’antenne directement par les animateurs.

L’ampli casques permet d’alimenter les invités et les animateurs avec un retour. Essentiel en radio, surtout dans des mauvaises conditions, ca permet de “bien parler dans le micro”. Il est difficile de faire pratiquer à tous nos invités le casque, mais on s’y emploie.

Le splitter/mixer vient compléter notre table de mixage pour gérer :

  • la distribution du “master” (signal final contenant notre son d’antenne masterisé), pour sa partie splitter
  • et le retour sur enceinte, pour sa partie mixer

Un table de mixage un peu plus “grande” nous permettrait de simplifier cette partie. Mais ce petit boîtier nous sert parfois de boite de directe (transformer un signal asymétrique en symétrique), passer proprement un signal mono en stéréo, corriger un volume (qui part vers un émetteur par exemple), etc … Bref très pratique.

Les 2 patchbays mettent en relation tout ce petit monde. Premier avantage, tout converge au même endroit et dans les mêmes prises (jack). Ca parait bête, mais sans ca prévoyez deux bonnes caisses de câble dans tous les formats et les longueurs imaginables. Le “vrai” avantage est qu’on peut reconnecter en 2 secondes une sortie sur une autre entrée. C’est simple comme bonjour au début et puis le nombre de connexions augmente, augmente. Dans notre cas, on doit approcher les 80 connections. Le sujet devient vite vaste et fera sûrement l’objet d’un post à suivre.

Un petit switch reseau se case à l’arrière de ce rack. Il vient relier l’ordinateur au reste du réseau (et du monde), parfois quelques laptops présents à proximité. Ses 8 ports suffisent largement dans cette situation. A noter qu’il est gigabit (comme le reste du réseau d’ailleurs).

Une multiprise rackable vient compléter l’ensemble. Elle permet d’alimenter en courant tout le rack sans avoir un bloc de prises qui pendouille et qui bouge pendant le transport.

Table de mixage

Notre Mackie 1402 VLZ arrive sur ses 5 ans. La connectique et les boutons ont survécus aux très nombreux montages/démontages/transports. Elle est petite mais très pratique. 6 micros et 4 lignes stéréo nous suffisent (la plupart du temps …). De toute manière, on trouve difficilement plus de lignes stéréo dans cette gamme de prix (~350€).

Ses deux gros défauts :

  • ses pré-amplis micros sont un peu faibles (en tout cas pour nos micros)
  • son volume partagé entre le Alt 3/4, le Control Room et le Phones rend quasiment inutilisables ces fonctions

Notre principale problème est de relier quelques 30 connections vers le rack et les patchbays. Notre solution actuelle à base de … 4 multivoies 8 voies à quelques limitations (qu’on développera une autre fois).

Ordinateur

Ca ne se voit pas trop sur la photo choisie, mais la pièce maîtresse de l’ensemble est l’ordinateur. “Tout” passe par lui. Pour cela, nous avons réuni :

  • un AMD 2x dernière génération et son giga de RAM
  • 250Go de disque dur SATA et silencieux
  • une carte M-Audio Delta 1010 LT (préférez la non-LT si vous le pouvez)
  • une carte mère ASUS chipset nvidia Mini ATX (avec cartes vidéo, réseau, … intégrées)
  • un (voire deux) écrans
  • une carte réseau gigabit (celle de la carte mère en fait)
  • un boîtier un peu atypique, mais solide et transportable

Le silence est la clé. La radio éphémère ne connaît pas les bienfaits de la vitre séparant la technique des micros. Après plusieurs essais et évolutions, nous avons une machine presque inaudible qui gère tous nos besoins (rivendell, streaming, pige, mastering, …). Il faut bien choisir son alimentation, les ventilateurs (de CPU et de boîtier) et le disque dur. Pour compléter tout ça, le mode Q-Fan de la carte mère Asus fait merveille : les ventilateurs tournent plus ou moins en vite en fonction de l’utilisation de l’ordinateur.

Une rallonge clavier/souris/écran est bien utile. Ca permet d’organiser sa table de travail sans s’inquiéter de la distance avec l’unité centrale. Il faut aussi choisir un clavier et une souris … silencieux. Sinon on entend les clics de souris à l’antenne quand on lance Rivendell :)

Voila, dès que possible, un post suivant détaillera la partie logicielle (et libre).

One thought on “Studio Mobile – ingrédients matériels

  1. Dust80

    Bonjour

    Pouvez vous me dire, comment vous avez raccordé votre table à votre ordinateur?

    Cordialement.

Comments are closed.